La Qualité de Vie au Travail une réponse post covid ?

24/03/2022

Depuis plusieurs mois, les Etats-Unis sont envahis par une vague de démission sans précédent. Des millions de personnes, soudainement, quittent leur emploi. Contrairement à la France, aux Etats-Unis, les ruptures de contrat sont instantanées, que ce soit du point de vue du salarié, ou de l’employeur.

C’est le phénomène de la grande démission - Big quit, Great resignation. En France, la Dares constate sur l’année dernière des taux de démission supérieurs entre 10 et 20 % par rapport à il y a deux ans selon certains mois.

 

Que se passe t-il ?

Cela s’explique bien sûr par une reprise économique (+7.4 % de croissance en France) où les créations d’emplois sont nombreuses. Par conséquent, les opportunités de nouveaux emplois le sont aussi.

Mais pas que ! Selon une enquête conduite par le géant de l’informatique Microsoft auprès de 31 000 personnes, dans 31 pays, 53 % des personnes interrogées affirment accorder plus d’importance à leur bien-être et leur santé qu’avant la pandémie. Eh oui !

Une tendance de fond se remarque dans les nouvelles générations qui sont en recherche de davantage de sens. Ils veulent expérimenter dans leur vie des choses qui font sens pour eux, des choses qui permettent de résoudre les grands enjeux comme le changement climatique….

La démission est souvent la conséquence d’un « shift shock ». C’est-à-dire le décalage entre les aspirations des candidats et la réalité du travail, mais aussi celle de l’entreprise en elle-même pour 29 % d’entre eux.

La COVID n’a fait qu’accélérer le phénomène. Le conflit en Ukraine freinera peut-être temporairement les changements de poste. Mais la tendance est là. C’est aux organisations à s’adapter, si elles veulent garder ou attirer leurs collaborateurs.

 

Mais est-ce leur rôle ?

Vous me direz que le rôle d’une entreprise est d’atteindre des résultats ? Certes, vous avez raison, mais pas que… Elle est là pour remplir un rôle sociétal et apporter un service ou un produit à la société tout en pensant développement durable. De grands groupes comme Eiffage ont mis en place des politiques de construction qui essaient de préserver l’environnement autant que possible avec des constructions générant de faibles bilans carbones.

De plus, une étude déjà ancienne de l’université de Warwick au Royaume Uni montre que des travailleurs heureux génèrent 12% de productivité en plus alors que des personnes malheureuses ont des pertes de productivité de l’ordre de 10%. En France on estime que 42 % des arrêts de travail proviennent du mal être au travail.

 

Alors comment faire ?

C’est mettre l’humain au centre des choses. C’est repenser les valeurs de son entreprise en fonction des enjeux actuels. C’est donner du sens au travail de chacun.…. Elythe peut vous accompagner dans tout cela.

Mais, c’est aussi s’occuper du bien-être des collaborateurs, en mettant en place par exemple la qualité de vie au travail. Vous ne savez pas comment ça marche ? Nous pouvons vous former et vous accompagner. Regardez le programme ici.

Partager cet article